Conclusion

      Nous avons donc vu que le chocolat contient un certain nombre de composants similaires à ceux de certaines drogues, mais aussi propres à lui-même, qui pourraient être la cause de l’addiction qu'il provoque, ou du moins de l’envie de consommer de cet aliment sucré. On ne peut, malgré tout, pas clairement dire si, oui ou non, le chocolat peut effectivement être classé dans la catégorie des drogues douces. D’un côté, cet aliment peut provoquer une certaine addiction, due à l’action de certains de ses composants sur le cerveau, mais d’un autre côté, la consommation de chocolat ne provoque pas, du moins à notre connaissance, de destruction dans le cerveau ou autre, comme certaines drogues le font. Il est même bon pour la santé sur un certain nombre de point, il nous est donc impossible de juger par nous-mêmes, à notre échelle, et cela dépend de ce que chacun peut considérer comme une drogue. Par exemple, la marijuana est le plus souvent considérée comme une drogue, une substance illicite et dangereuse pour la santé, mais certains médecins peuvent en prescrire pour soulager les effets indésirables de certains traitements. Son statut en tant que drogue ne dépend-il pas lui aussi du point de vue de différentes personnes ?

 

«Oh ! [...] que tu es plein de bon sens, [...] un de ces jours, je te ferai passer docteur en gai-savoir, pardieu ! »

François RABELAIS, Gargantua, chapitre 13

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×